CHSCT : prévenir des risques avec la maintenance industrielle

Le monde du travail a maintes fois été le théâtre de situations dramatiques dues aux accidents. Dans les usines par exemple, l’homme partage son espace vital avec la machine. Si celle-ci lui fournit l’aide essentielle en termes de puissance et de technicité, elle peut également se présenter comme un danger mortel en cas de défaillance. Pour pallier tous les risques, le CHSCT a été instauré dans chaque entreprise pour définir et baliser tous les facteurs pouvant mener à un accident de travail. En outre, il intervient dans la planification et les études, ainsi que les exécutions de tout ce qui concerne la maintenance.

Un comité dédié à la sécurité au travail

Depuis 1982, la loi impose l’instauration du CHSCT, ou Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail dans chaque entreprise. Même si les législations recommandent l’existence de l’organe pour n’importe quel secteur d’activité, les sociétés industrielles et celles œuvrant dans le domaine des Bâtiments et Travaux Publics figurent en tête de liste des principaux concernés. Ce comité se compose généralement du chef d’entreprise, des délégués du personnel, du médecin de travail et du responsable de la sécurité, entre autres. Son rôle consiste en gros à définir un règlement intérieur à appliquer. Le but recherché est de protéger la santé des salariés et d’améliorer leurs conditions de travail en réduisant les risques et dangers, en veillant à une maintenance optimale des équipements professionnels.

Les actions de prévention

Dans le cadre des activités industrielles, la bonne marche des différentes machines et l’efficacité des équipements de travail restent la condition sine qua non pour un rendement et un fonctionnement optimal. La maintenance préventive consiste à effectuer les entretiens réguliers et périodiques du matériel pour leur permettre de durer d’une part, mais également pour limiter les risques d’accident. Ceux-ci peuvent en effet entraîner de lourdes conséquences pour la société. Il appartient au CHSCT de décider des actions à entreprendre en ce sens, pour le bien-être des travailleurs et de leur environnement.

Les opérations réparatrices

Cependant, comme un appareil, une machine ou un équipement ne peut prétendre se trouver à l’abri d’une défaillance, leur usure définitive peut intervenir irrémédiablement. Une maintenance corrective doit alors se mettre en œuvre, comme la réparation de la panne ou le remplacement des pièces cassées pour permettre la continuation des activités. Dans ce contexte, le CHSCT veille à ce que les procédures répondent aux normes de sécurité requises.

Les différentes techniques de nettoyage industriel
Quelles prestations de nettoyage pour son entreprise ?